Prinsuéjols


Sa situation

La plus méridionale des communes du canton de Nasbinals, Prinsuéjols fait la liaison entre la Margeride et l'Aubrac. Les villages du Sud de la commune se situent aux limlites de la Margeride et on accède ensuite progressivement au plateau de l'Aubrac. Cela explique la diversité de ses paysages : pâturages avec genêts, champs cultivés, forêts de résineux et de hêtres et pelouses de l'Aubrac avec de nombreuses fondrières.

En raison de cette position, l'altitude de la commune varie de 1120 à 1280 mètres, l'altitude moyenne étant de 1200 mètres.

Quelques villages situés sur la bordure du plateau de l'Aubrac (Usanges, Prinsuéjols, La Combe, Soulages) ont une vue panoramique exceptionnelle sur la Margeride et le sud de la Lozère.

La commune a un habitat paticulièrement dispersé puisqu'elle compte 15 villages ou hanmeaux avec un réseau de chemins extrêmenent dense ce qui entraîne des frais d'entretien importants.

Sur le plan démographique, la population est passée de 780 habitants en 1793  à 160 habitants en 2007. . La population semble se stabiliser.

Peu d'éléments sur l'histoire de la région sont connus. Il existerait quelques traces d'habitation gauloise, sur le Nord-Ouest de la commune. Comme tout l'Aubrac, il est assez probable que le territoire de la commune était recouvert de forêts de taillis.

Prinsuéjols a d'ailleurs pour étymologie "le village dans la clairière". Il s'agissait d'une région très inhospitalière parcourue par des brigands. La commune a ensuite été traversée par la voie romaine Agrippa reliant Anderitum (Javols) à Ad Silnum (Puech Crémat) ou un chemin secondaire de cette voie, le nom du village de Pratviala constituant un indice de la présence romaine.

Le déboisement intensif a ensuite été effectué par les moines de l'Hopital d'Aubrac en vue d'en tirer de meilleures ressources au profit notamment des pauvres.

Alors que la noblesse lozérienne qui avait longtemps pensé que l'ascendance donnait tous les droits s'était progressivement assagie mettant un terme à leur tyrannie. Grollée de César, mort en 1720 sans descendance, propriétaire de la Baume s'est fait remarquer par la brutalité des armes et de la chicane. Partageant son temps entre la cour et les séjours dans ses domaines du Gévaudan, il a fait construire le remarquable château de la Baume en s'inspirant de Versailles, notamment en ce qui concerne les dispositions de l'intérieur, Grolée de César a laissé un tel mauvais souvenir qu'on dit que son âme hante les forêts de la Baume...

Prinsuéjols a été impliqué lors des douloureux événements de la révolution française. Les habitants hostiles notamment à la constitution civile du clergé se sont unanimement rangé derrière Marc-Antoine Charrier, premier député de la Lozère, qui avait levé une importante armée de volontaires pour mener la contre-révolution. Son demi-frère, prieur de Malbouzon fut capturé près de Prinsuéjols. Une petite dizaine d'habitants furent tués lors de ces événements. Pendant cette période, Prinsuéjols fut chef lieu de canton pendant quelques mois.

Sur le plan économique, Prinsuéjols a toujours été tourné vers l'agriculture. D'une centaine d'exploitations, le nombre est passé à une quinzaine. Longtemps, l'élevage des moutons a été prédominant, la laine fournissant la matière première pour la filature de plusieurs sortes d'étoffes, notamment le cadis dont la vente apportait un complément de ressources appréciable. A côté de l'élevage, la culture de légumineuses et de blé (avec un très faible rendement de 3 pour 1), les volailles et les porcs contribuaient à l'alimentation des familles souvent nombreuses. Il existe les ruines d'une dizaine de moulins.

A l'heure actuelle, les agriculteurs pratiquent une agriculture moderne essentiellement tournée vers la production de broutards pour l'exportation et d'animaux de boucherie de grande qualité. Il est cependant regrettable qu'une partie relativement importante des pâturages soit dévolue à la transhumance de bovins provenant d'autres communes ou même de l'Aveyron.

En raison de sa diversité, la commune de Prinsuéjols a toujours été attrayante pour les touristes.

Sur le plan géographique :

- le truc du Coucut qui culmine à 1280 mètres (non accessible), vestige de l'activité volcanique avec à proximité des blocs de basalte refroidis de forme prismatique.

- en se déplaçant, le glacier de l'Aubrac a transporté des masses importantes de blocs rocheux. Ces moraines (pierres de granit), dont certaines sont perchées de façon étonnante, constituent un décor exceptionnel dans plusieurs secteurs de la commune (Fineyrols, Prinsuéjols, La Combe notamment).

Le territoire de la commune est irrigué par un important réseau de chemins ruraux et de sentiers. Les croix et les petits calvaires implantés aux carrefours témoignent de l'implantation du catholicisme dans cette région.


Quelques batiments méritent une attention particulière :

- le château de La Baume, propriété privée, ouvert au public. tél : 04 66 32 51 59
- http://www.chateaudelabaume.org/

A quatre kilomètres de Prinsuejols, se situe dans un cadre exceptionnel, le Château de la Baume, fleuron de l'histoire locale d'une des baronnies les plus influentes du Gévaudan, celle de la baronnie de Peyre. Tout d'abord implantée au château féodal du roc de Peyre qui fut démantelé pendant les guerres de religion, la baronnie de Peyre opta pour le site de La Baume. Antoine de Grolée et son épouse Marguerite de Soulages font construire vers 1630 la première partie du château dans un style un peu austère avec toits pointus en lauzes. Leur cinquième fils héritier de la baronnie entreprit de finir la décoration de cette partie et de construire la deuxième partie au sud du bâtiment, partie agrémentée d'une terrasse bordée un parc ombragé, cette construction s'achèvera en 1714, six ans avant sa mort. Pendant la révolution et l'Empire, le château fut abandonné puis acheté en 1858 par le sénateur Mayran pour sa fille, la comtesse de Las Cases.

chateau de la baume


L'intérieur du château révèle de très beaux parquets, la plupart d'origine. Celui du grand salon, en bois de différentes teintes, représente un dessin géométrique entourant des armoiries. Dans le cabinet de travail, on peut admirer des lambris peints et dorés à la feuille, aux motifs de tons pastels. De grandes toiles représentent des scènes mythologiques. On peut aussi voir des armures, dorures, cheminées, tapisseries, beaux bahuts, lits à courtines…une décoration et un mobilier directement inspirés de ce qui se faisait chez le Roi Soleil, d'où le surnom de "Versailles du Gévaudan"! Une pièce du château est consacrée à Emmanuel de Las Cases dans laquelle sont rassemblés des souvenirs de son séjour en exil avec Napoléon. Officier de marine émigré pendant la Révolution, devenu chambellan et comte de l'Empire puis conseiller d'État pendant les Cent Jours, Emmanuel de Las Cases, en compagnie de son fils, suivit Napoléon à Sainte-Hélène et y est resté jusqu'à son expulsion en 1816. Au jour le jour, il a consigné les propos de l'Empereur, pris sous sa dictée le récit de certaines de ses campagnes et noté les persécutions dont l'illustre captif était l'objet de la part de ses geôliers, dont Hudson Lowe. Deux ans après la mort de Napoléon, il publia en 1823 "le Mémorial de Sainte Hélène", qui fut le livre le plus lu du 19ème siècle et dont le retentissement fut si grand qu'il fut réimprimé en 1824, 1830, 1835, 1840 et surtout 1842 avec illustrations de Nicolas Charlet et qu'il fut traduit en de nombreuses langues.

- l'église de Prinsuéjols de facture romane classique avec un clocher mur reconstruit après la révolution. Le prêtre qui dessert la paroisse l'a dotée de vitraux de grande valeur.Pour des raisons de sécurité, elle n'est pas ouverte en dehors des offices.

eglise prinsuejols

- des batiments de ferme traditionnelle construits avec des moellons de granit parfaitement appareillés et recouverts de lauzes de shiste.

 

 A côte de nombreux gîtes ruraux, deux établissements accueillent les touristes :

- l'auberge de Prinsuéjols, propriété de la commune donnée en gérance avec un gîte d'étape de 50 lits remis à neuf. 

- la ferme auberge des Gentianes

La commune est enfin traversée d'une part par le chemin de Saint Jacques de Compostelle fréquenté par des milliers de randonneurs et d'autre part par le sentier de pays "Le Tour de l'Aubrac".


Le mot du maire

La commune de Prinsuéjols s'est profondément modernisée au cours des dernières décennies tout en conservant son caractère traditionnel.

Aux confins de la Margeride, facilement accessible à partir de l'autouroute A75, elle accueille chaque année un nombre croissant de touristes, notamment de randonneurs, qui viennent animer nos villages dont la population a bien diminué.

Je souhaite que les visiteurs trouvent ici le plaisir des vacances à la découverte de paysages souvent exceptionnels.